mercredi 16 octobre 2013

Je. Tu. Nous.

Une autre petite tempête s'est abattue sur une de mes petites Souris, cette semaine à l'Heure du Conte.

Cette fois-ci, le tandem Caro-Maman n'a pas réussi à calmer les eaux. Maman et moi avons cependant demandé à notre petite Souris-Matelot de regarder partout dans la Salle de Lecture, histoire de bien la faire entrer dans sa mémoire. Je lui ai aussi montré ou nichaient nos pigeons, au printemps dernier.

Et puis mon petit bonhomme est reparti avec Maman. Pas plus grave que ça. On se reprendra une autre fois.

Dans la vie, on a assez de ces Tempêtes qui vous chavirent le navire.

Pas la peine d'en faire une dans un verre d'eau.

___________________________________________________________________


Hier, on a un peu fait les choses à l'envers. Je m'explique.

Vous voyez, la plupart de mon petit monde commence à peine à saisir toute la complexité du concept que voici : Dans mon univers, il y a d'autres personnes, des personnes qui ont somme toute une apparence très semblable à la mienne. Hmmm. Ils parlent comme moi. Bougent autour de moi. Hmmm.

 J'irais même jusqu'à dire, que selon ce que j'observe, par les temps qui courent, ce repli sur soi, semble perdurer bien au delà de l'âge prévu par les psychologues. Compte tenu de ce que notre minuscule système nerveux Sourissimo a à engranger comme stimulation et ce sur une base journalière, nul ne saurait s'en étonner.

Nous, grandes personnes, oublions trop souvent que le fait d'interagir avec l'Autre n'est pas forcément acquis. Que d'interagir avec l'autre est un comportement qui s'apprend et qu'une partie intégrante de l'acquisition et de l'intégration de cet apprentissage réside dans la capacité d'être capable de se mettre à la place de l'Autre.

Retournons à Piaget et à sa théorie, en particulier, le stade pré-opératoire :

(Extrait d'un excellent site, le Cerveau à tous le niveaux!)

''Le deuxième stade est celui de la période pré-opératoirequi débute vers 2 ans et se termine vers 6 - 7 ans. Durant cette période qui se caractérise entre autres par l’avènement du langage, l’enfant devient capable de penser en terme symbolique, de se représenter des choses à partir de mots ou de symboles. L’enfant saisit aussi des notions de quantité, d'espace ainsi que la distinction entre passé et futur. Mais il demeure beaucoup orienté vers le présent et les situations physiques concrètes, ayant de la difficulté à manipuler des concepts abstraits. Sa pensée est aussi très égocentrique en ce sens qu’il assume souvent que les autres voient les situations de son point de vue à lui.''

Hmmm... Voilà donc ce qui expliquerait pourquoi mes petites Souris ont la fâcheuse tendance à venir coller leur nez sur mon livre, histoire de mieux voir les images. Et provoquer, 9 fois sur 10, le scénario qui suit :

Petite Souris s'approche du livre, histoire de mieux voir l'image.

Réaction du groupe : Eeeeeilllle! Caro! Ze vois Riiiiiiien!!!!  (Grosse houle. Gros, gros verre d'eau.)

Je sais très bien que ma Souris à Grosse tête, est incapable de concevoir qu'en agissant de la sorte, le beau livre de Caro se voit caché par sa Grosse tête. Je sais très bien qu'elle pourrait mettre un sacré bout de temps avant d'être capable de s'imaginer que les autres ne voient plus le beau livre de Caro mais bien sa Grosse tête bouclée\blonde\tressée\à Pics-pics (variable selon la Souris). Est-ce que je me fâche? Est-ce que je lui dis qu'elle est malpolie? Meuh non. Je sais bien que cela ne donne absolument rien. Rien de Rien.

 Je dis tout simplement:

-Hey! Ma Petite Souris! Va te rasseoir. Parce que quand tu mets ta Grosse Tête (bouclée\blonde\à Pics-pics (variable selon la Souris) les amis, ils ne voient plus le livre, ils voient ta Grosse tête. (9 fois sur 10, la Grosse tête en question me trouve pas mal drôle. Et là, j'ai droit à un des plus beaux sons sur la planète: j'ai nommé le rire d'un enfant.)

Et la Petite Souris d'aller se rasseoir. Jusqu'à la prochaine fois de prochaine fois de la prochaine fois de la prochaine fois.

Suis-je un modèle Mère Thérèsien de patience et de bonté? Pffft. Pas du tout. J'ai tout simplement compris le principe. Je sais que l'ouverture sur l'Autre mettra un sacré bout de temps avant d'être bien installée. Parce que l'empathie c'est comme un muscle, ça se travaille.


Ce qui m'amène à la lecture de la semaine : J'aime L'Automne! Pour être bien franche, ce livre, hormis le fait qu'il soit interactif, est plutôt, euh, ordinaire.

Je l'ai choisi pour deux raisons.

1) Il constitue un excellent moyen de changer le contexte de l'activité et donner un tout nouveau point de vue aux Souris.

2) Il est conçu de sorte à donner à l'enfant, la nette impression d'être en train de lire l'histoire avec son parent\éducatrice.      

Et lorsqu'un tout-petit de 3-4 ans se met à ''lire'', croyez-en ma parole, toute trace de Bougeotte est instantanément éradiquée!

__________________________________________________________________


Le principe est assez simple : pour permettre à l'enfant de ''lire'', certains mots ont été remplacés par une illustration. Disons que côté scénario, on pourrait faire mieux. Mais le plaisir qu'ont les enfants de dire le mot en question, compense largement pour toute lacune stylistique.

 Pour faire différent, j'ai demandé aux Souris de s'asseoir à côté de moi, comme ceci :



D'ordinaire, les choses ressemblent un peu plus à ceci :




Parfois, les petits changements peuvent faire une très grande différence.

Tout nouveau point de vue. Toute nouvelle façon d'évoluer auprès de L'Autre.

Simplissimo, Sourissimo.

______________________________________________________________________

-En bref :

Je viens d'expliquer à mon petit bonhomme, que bien qu'il ait ÉNORMÉMENT envie de faire pipi, je ne peux pas le laisser aller aux toilettes parce que son éducateur a dû quitter la bibliothèque. Et lui de me dire, le visage obscurci par la déception.

-Je suis fâché. Je trouve pas ça le fun. C'est pas de la faute à personne. Suis zuste fâché.

Quatre ans mesdames et messieurs.

Quatre années sur la belle Boule Bleue et déjà sage comme le Dalai Lama.

Merci d'être ce que vous êtes,

Portez-vous bien,

Caro.

















http://www.pbs.org/parents/education/files/2012/02/467x267-kindergartenclass-ts.jpg

mardi 1 octobre 2013

Fondre en larmes. 2

(Je disais donc qu'une fois ma souris-Inquiète suffisamment rassurée pour se laisser convaincre de quitter Maman, il serait possible pour nous d'aller vers autre chose.)


________________________________________________________


Mon petit bonhomme n'était pas entièrement convaincu mais Maman avait eu l'excellente idée d'apporter Mr. lapin. (Sans doute la peluche favorite de notre petite Souris.)

Ces objets peuvent parfois nous être d'un recours précieux dans de telles situations. On les appelle les objets transitionnels


Cette journée là, mes instincts de chanteuse de Jazz ont pris le dessus et j'ai pu me servir de Mr. Lapin Doudou pour transmettre plusieurs petits messages.


-Caro ( voyant l'inquiétude faire s'écarquiller les beaux grands yeux bleus de mon Tout-Petit.)

Est-ce que tu penses que tu aurais moins de peine si tu t'asseyais sur mes genoux?

-Souris-Inquiète (lèvre supérieure tremblottante) : Boui.

Souris-Inquiète s'assied sur mes genoux. (Joie de joie. Mes filles à moi sont bien grandes désormais. 19, 18 et 16 ans.)

Je tiens à préciser que le reste du groupe est sage comme une image. Et je prends tout mon temps avant de commencer à raconter l'histoire. Parce qu'il est important pour moi d'exposer le reste de la bande  à la Tourmente de leur petit ami. L'empathie, c'est comme un muscle, ça se développe. Et c'est au contact des émotions des autres, de la réponse motrice de L'autre dans son émotion, qu'il devient possible pour nous de l'apprivoiser, de l'assumer et enfin, de l'habiter. En comprenant mieux l'émotion dans son propre corps, il me semble logique de postuler que l'on devient mieux outillé dans la compréhension de l'émotion de l'Autre.

Et moi de poursuivre mon improvisation.

-Caro (j'ai enlevé ma veste) : Tu veux bien me prêter Mr. Lapin?

-Souris-Inquiète :  Boui.

Je prends Mr.Lapin. Je le dépose sur le tapis. Je prends ma veste. La dépose sur Mr. Lapin. Parti Mr.Lapin.

-Caro : Dis-moi mon Chou, (parce qu'on ne se lasse jamais d'entendre des petits mots doux.) où est-il parti Mr. Lapin.

-Souris-Inquiète : Euuhh? Il est là, en-dessous du chandail?

-Caro : Ben oui. Tu ne le vois plus mais il est toujours là Mr. Lapin. Comme Maman. Maman tu ne la vois plus. Mais elle est encore là, assise sur les chaises, de l' autre côté de ma fenêtre.

-Souris-un-petit-peu-moins-inquiète : Elle est sur les chaises, elle est pas partie?

-Caro (la gorge un tant soit peu nouée et l'oeil un tant soit peu brumeux) Non mon P'tit Minou, (parce qu'on ne se lasse jamais d'entendre des petits mots doux.) Elle n'est pas partie Maman, même si tu ne la vois plus.

Le reste de la bande demeure toujours aussi sage. À l'exception d'une de mes demoiselles qui nous lance cette merveille, du tac au tac :

-Ben, s'est comme avec nos bébés pigeons sur le bord de la fenêtre, tsé, ils sont rendus assez grands pour s'envoler. On ne les voit plus mais ils sont en quelque part dans la forêt. Ils sont assez grands pour manger leurs bébittes tous seuls...

Véritable musique à mes oreilles. Du vrai beau Jazz.

À suivre.

_______________________________________________________


Lectures de la semaine :

Raconte-moi une histoire Stella.

Benjamin fête l'Halloween.

Vocabulaire : Étang, Chef d'orchestre.

En bref :

Caro : Tirez sur vos oreilles, j'ai quelque chose de Moulto Importanto à vous dire :

- '' Il n'y a pas de questions stupiiiiiides.''

(Après que j'eus commencé l'histoire depuis un bon moment.)

-Caro?

-Oui mon Loup?

-Je peux-tu arrêter de tirer sur mes oreilles? (Qui ont viré ma foi, au bourgogne.)


Portez-vous bien et merci de me les emmener.

Caro.



mercredi 25 septembre 2013

Fondre en larmes. 1

Il y a de ces livres, parfois, qui tombent pile poil.

Ce fut le cas de ma sélection de la semaine dernière, Moi, la princesse Margot

En effet, ce petit bijou de Caroline Pistinier, m'a permis de communiquer tout plein de choses Moulto Importanto* aux petites Souris.

Ce matin là, un de mes petits amis me rendait visite pour la première fois. Oh! que de tourmente dans le petit cerveau! Ça n'allait pas du tout. Je dirais même que ma petite Souris était très, très mal en point. Elle a même réussi à communiquer son chagrin à un autre tout petit qui s'en était très bien sorti, la semaine précédente. Que voulez-vous, la Peine, ça peut être contagieux.

Fortifié par les nombreux encouragements prodigués par le tandem Maman-Caro, le petit bonhomme s'est laissé convaincre de tenter l'expérience. C'est que pour ce petit humain d'à peine 3 ans, l'idée que Maman puisse être dans une autre pièce mais néanmoins demeurer présente, n'est pas tout à fait acquise.

Piaget appelait ça la Permanence de l'objet.  ( Chez Piaget, comme chez plusieurs chercheurs, il y a du bon et du moins bon. Pour autant qu'on utilise son sens critique. )

Voyez-vous, bien que ma petite Souris fût une pro de la garderie, tous les référents qu'elle avait intériorisés face à ce genre de situation ont été balancés, le contexte dans lequel elle se retrouvait, étant complètement différent. Moulto Importanto le Contexte.

Voici une petite idée de ce qui a dû se dérouler dans son petit Chou-Fleur :

- Horreur. Maman va me laisser. Avec des gens que je ne connais pas. Dans une pièce que je n'ai jamais vue. Avec cette Madame là, cette Caro. Non. Non. Non. Non. Alerte! Cerveau reptilien! On sort l'artillerie lourde! Et montent les larmes. Et le corps qui se raidit. Plus de son. Plus d'images. Sortez-moi d'ici!!!!!


Ce que je recherche, lorsque ce genre de situation se présente, n'est pas vraiment l'accalmie. Pour moi, il n'y a rien de plus normal qu'une petite personne qui démontre son désarroi de la pareille sorte. Il n'y a rien de plus humain.

Ce que je recherche en fait, est une brèche, un tout petit changement dans la réponse motrice de l'enfant, qui me permettra de projeter un peu de lumière dans sa Tourmente. Un peu comme un phare. Et ce que je dis à ma petite Souris, a souvent tendance à éclaircir, un tant soit peu, l'opacité de la situation. Ce que je dis et ce que je fais est très simple. Je dis :

 '' Maman elle ne s'en va pas mon trésor. (On ne se lasse jamais d'entendre des petits mots doux.). Elle va rester ici, assise sur les chaises, là. Tu vois les chaises. Et toi, tu vas venir avec Caro. Ici. Elle ne s'en va pas. Elle n'est pas partie. Tu ne la vois pas, mais elle n'est pas partie. Viens on va la regarder par la fenêtre. (Dans ma salle de lecture, il y a une fenêtre, qui donne sur la bibliothèque.) et Maman\Papa\Éducatrice de passer de l'autre côté de la fenêtre, histoire de montrer à notre petite personne que Maman!Papa\Éducatrice n'est pas parti. Pour toujours et toujours. Imaginez un peu à quel point cela peut être anxiogène, pour un tout petit qui en est à commencer à se représenter comme des entités distinctes de sa propre personne, la ou les personnes qui lui sont les plus importantes, ce concept de : Parti pour Toujours et Toujours .

Dans la vaste majorité des cas, ceci s'avère suffisant pour que le tout-petit veuille bien me suivre. Oh, les pleurs et la peur sont toujours là, la tempête fait toujours rage. Ce n'est pas grave ça. J'en ai vu d'autres. Et j'ai tout plein de Kleenex.

Moi, ce qui m'importe, est le fait qu'ensemble, petite Souris-Inquiète et moi, avons pu faire naître assez de lumière pour continuer à avancer et tenter l'expérience.


( À suivre)


_____________________________________________________


Lectures de la semaine du 24 septembre :

Pirates à l'école.

Le roi Salami.

Vocabulaire : Avec les lettres on fait les mots, avec les mots on fait les phrases, avec les phrases on Communiiiiique!

*Moulto Importanto. ex: - Caro : Tire sur tes oreilles parce que je vais te dire quelque chose de Moulto Importanto! ( Impossible de demeurer impassible devant un groupe de Souris de 3-4 ans s'efforçant de dire Moulto Importanto. Je vous mets au défi. Sourires garantis.)

Portez-vous bien,

Caro.

mardi 10 septembre 2013

Ton visage.

Première Heure du Conte de la saison. Quel bonheur de revoir les Souris que j'avais laissées à la mi-Juin. C'est fou ce que ce bref hiatus peut apporter comme changements chez certains petits.

 Ah! mais je ne me lasse jamais d'observer la réaction des enfants que je rencontre pour une première fois.

Ils entrent, le visage parfois marqué par la tourmente. Plusieurs sont incapables de s'arrêter de bouger. C'est que ça peut être beaucoup pour une petite personne, de vivre toute cette nouveauté. Tout plein de questions se bousculent dans leurs têtes.

-Qu'est-ce qui va se passer?

-C'est qui Elle?

-Vais-je laisser Maman/mon éducateur/trice ici?

-Etc? Etc? Etc?

Ce matin, une jeune demoiselle m'a demandé  : '' C'est quand qu'on va savoir que ça commence? ''

Les enfants posent toujours de très bonnes questions. En effet, comment savoir que l'activité commence?

J'aime travailler auprès des touts-petits parce qu'ils m'apprennent à ne pas tenir quoi que ce soit pour acquis, à renouveler continuellement le regard que je porte sur les choses.

 Caro : '' Tu vas savoir que c'est le temps de venir avec moi dans la salle de lecture parce que je vais dire ceci : Viens avec moi dans la salle de lecture. ''

Souris-inquiète : '' C'est quoi une salle de lecture? ''

Caro : '' C'est la place ou je vais t'emmener pour te lire des livres. ''

Souris-inquiète : ''Avec Maman? ''

Caro : '' Non, Maman, elle va rester ici. Elle va t'attendre ici avec ton bébé soeur et toi tu vas venir avec moi et je vais te lire une histoire dans la salle de lecture.''

La réponse a semblé satisfaire mon interlocutrice puisque son petit visage s'est détendu. Et je me suis dit que face aux changements, nous, adultes, sommes parfois aussi inquiets et anxieux. Mais voilà, personne n'est là pour nous aider à comprendre. Pourtant, dans l'organisme, la tourmente est la même.


-------------------------------------------------------------------------


Nous en avons beaucoup parlé, de nos visages. Nous nous sommes mis d'accords sur le fait que lorsqu'on se présente à l'autre pour la première fois, il faut essayer de le/la regarder dans les yeux. Nous avons aussi nommé les différents visages ; visage fâché, visage triste, visage qui boude. Nous avons énuméré et décrit ce qui se passe avec les yeux par exemple, dans le cas d'un visage fâché ou d'un visage triste. Parce que ce n'est pas toujours si évident pour un tout petit, de déchiffrer et d' intégrer tout ça.

Nous avons aussi appris le mot que l'on utilise pour désigner le nom d'un livre : Le Tiiiitre. Oui, oui, le Tiiiitre. Et nous avons appris que certaines personnes, quand elles vont travailler eh bien, elles font des livres. Ceux qui font les mots dans les livres se nomment les Auteurs. Et que le nom de cette personne est toujours nommé en premier lieu, sur la couverture. Dites-le avec moi : Les Zôôôteurs. Et que ceux qui font les dessins dans les livres et qui sont nommés en deuxième lieu, eh bien on les appelle les illustrateurs. C'est un gros mot à mettre dans une bouche ça : Iiiillussssstraaateuur.

Fallait les voir s'appliquer à bien prononcer. Ça n'a pas de prix.

Et puis on a aussi appris à mettre le Calme dans son corps avec la formule magique.

Nous avons lu deux livres. Deux livres de princesse :

Je veux le faire toute seule de Tony Ross, qui raconte les aventures de Princesse qui part en camping. Elle fait ses valises toute seule et oublie un tas de trucs. Son entourage (le cuisinier, la gouvernante etc...) intervient. Disons qu'au retour, ses valises sont un peu plus lourdes.

Pendant l'histoire, une de mes petites Souris me dit ; '' J'ai fait du camping moi!!! '' Je lui avais demandé en début d'activité si elle avait fait quelque chose de formidable pendant l'été et elle de m'avoir  répondu, un peu dépitée '' Je ne sais pas. Je ne me souviens pas. ''  Il semblerait que mon histoire de princesse l'ait aidée à faire certains liens. Mission accomplie. Parce que c'est à ça qu'ils servent, entre autres, mes amis les livres, à construire et fortifier la mémoire et les apprentissages. Fallait vraiment voir l'expression triomphante créée par l'émergence de ce souvenir. De l'or en barre.

Nous avons terminé avec Ce n'est pas moi! également de Tony Ross. Au moment ou je présentais le livre au groupe, un des garçons m'a dit :

'' Est-ce que ça veut dire qu'elle a fait les deux la personne? Les mots et les Zy-lius-tractions?''

Pas mal pour une première fois n'est-ce pas?

Mamans, Papas, éducateurs\trices, merci de me permettre de vivre d'aussi beaux moments en demeurant si fidèles au rendez-vous.

Portez-vous bien,

Caro.




dimanche 8 septembre 2013

Et ça recommence...

Bonjour à toutes et tous!

J'espère que vous avez passé un très bel été. La saison 2013-14 de l'Heure du Conte à la bibliothèque de l'île des Moulins débutera ce mardi, 10 septembre.

J'ai bien hâte de rencontrer les Petites Souris. Elles m'ont beaucoup manqué.

Quand je ne suis pas à l'Heure du Conte, c'est en faisant de la massothérapie que je gagne ma vie. Pour moi, les deux sphères d'activités sont très intimement liées puisqu'elles se veulent toutes les deux une façon d'interagir avec le système nerveux humain. Et j'essaie, dans les deux rôles, de guider l'autre dans sa capacité à prendre contact avec ce qui se passe à l'intérieur.


D'ailleurs, il est toujours possible pour la Petite-Souris Toupie*, de venir s'asseoir sur mes genoux, histoire de se calmer. Je prendrai sa main dans la mienne, l'avant-bras, doucement mais fermement. Parfois, je déposerai ma main sur le cou. Dans la vaste majorité des cas, le stimulus sera suffisant pour changer la réponse motrice et ce, de façon assez spectaculaire. L'enfant se calme. La tempête passe.

 Ce n'est pas de la magie. Ni même de l'affection. C'est une question de méchanorécepteurs, ces minuscules structures neurales logées dans la peau et qui réagissent à la pression, aux vibrations, à l'étirement.  C'est une de ses fonctions primaires d'ailleurs, cette peau que nous avons : de parler à notre cerveau. En permettant à ma petite Souris de venir s'asseoir sur moi, je permets au système nerveux de profiter d'un autre contexte et dans le meilleur des cas, de se moduler.

Nous y travaillerons, avec l'aide bien sûr des livres et des mots, toute l'année durant.

Parce que mettre le Calme dans son Corps en 2013 ben, ça relève presque de la magie...


Je vous laisse sur ce document pas du tout piqué des vers. À Mardi.


Caro.




* Petite Souris qui pour toutes sortes de raisons (et il y en a tellement) a la Folie au corps. Pas capable d'arrêter de parler, de bouger.


Lectures supplémentaires :  Les bases moléculaires du Toucher se précisent.

lundi 13 mai 2013

Le Pigeon.

Eh ben bonjour! Ça fait un bail.

 L'écriture pour moi, c'est souvent comme un appel. Et depuis Janvier, je n'entendais absolument rien. Je pense que l'hiver 2013 a été pénible pour bien des gens. Le mien de cerveau n'apprécie pas du tout le manque de lumière. Et à cet égard, je tiens à remercier toutes les mamans et toutes les éducatrices qui, beau temps mauvais temps, se présentaient à notre rendez-vous hebdomadaire, chassant du coup la grisaille. De vrais petits soleils sur deux pattes que mes petites Souris. Luminothérapie garantie!

Mais bon assez! Le printemps est arrivé et avec lui, plein de nouveaux petits visages de Souris. Et aussi, notre bébé Pigeon.

En effet, à chaque année, une maman pigeon bien courageuse, vient nicher sur le bord de la fenêtre en forme de demi -lune, pratiquée dans le mur de pierre bi-centenaire de notre local. La présence de cette dernière n'est pas  sans causer d'émoi. Mettez-vous à la place d'un tout-petit de 3-5 ans et imaginez un peu la fascination que peut exercer le fait de pouvoir observer un pigeon de si près.
Dans mon mandat de transmettre aux souris le goût du livre, le goût du Calme, cette courageuse voyageuse se révèle toujours une alliée fort précieuse. Parce que pour permettre aux pigeonneaux de voir le jour, notre maman a besoin de beaucoup de Calme. Sinon, elle s'envolera et ses cocos perdront ce qui est primordial à leur éclosion : Chaleur et Protection.

C'est fou ce que ça peut vous mater la Bougeotte de voir trois beaux petit cocos au fond d'un nid...
Cette année un seul pigeonneau hélas, n'a survécut. Il se porte à merveille.

Bonne semaine,
Caro.
--------------------------------------------------------------------------------------------------
Lectures de la semaine :
-Les trésors de Mr. Monsieur.
-Frérot Rigolo, Soeurette coquette.

La liste de toutes les lectures depuis la parution du dernier billet.











Lectures depuis la dernière parution du Blogue.

Voici la liste de nos lectures depuis la parution de mon dernier billet.

Semaine du 22 janvier :

-Arrête tes bêtises Louise!

-De quelle couleur sera le bébé?
Semaine du 29 janvier :

-Un bisou pour Papa.

-Des livres pour Nicolas!

Semaine du 05 février :

- Roméo, le rat romantique.
-Juliette, la ratte romantique.

-Ton histoire d'amour.

Semaine du 12 février :

-De tout mon coeur.
-Émilie pleine jouets.
Semaine du 19 février :

-Nicki et les animaux de l'hiver.
-Une grosse surprise pour petit Ours.

Semaine du 26 mars :

-L'ours qui voulait une Juliette.

-Le lit à grimaces.

Semaine du 05 mars :
-Attends! je veux te raconter une histoire.

-La petite Kim.

Semaine du 12 mars:

-Le grand voyage de Monsieur.

-Bonne nuit Sacha.

Semaine du 19 mars ;

-Et moi alors?
-Les fantaisies d'Adèle.

Semaine du 01 avril :
-Un drôle d'oeuf de Pâques.
-Fenouil : On n'est plus copains!

Semaine du 09 avril :

-Au lit petit lapin!

-Quelle nuit Matty!

Semaine du 16 avril :

-Émilie pantalon.

-C'est pas juste!

Semaine du 23 avril :
-Décroche-moi la lune.

-Lily la souris.

Semaine du 30 avril :

-Deux amis pour la vie.

-La chasse aux dragons.

-Matty et les cent méchants loups.

Semaine du 07 mai :
-Max et les Maximonstres.

-À chat perché.






mardi 15 janvier 2013

Mé.Ta.Phores!

 Mardi dernier à l'Heure du Conte :

Caro : Frrrrch! Frrrrch! murmure la brise en se faufilant dans les herbes. Montre-moi qu'est ce que tu penses que ça veut dire, toi, ma chouette.

Et la petite de faire naître la métaphore par les gestes. De très beaux gestes.

Caro : Et maintenant? Tout le monde a compris?

Tout le monde : Ouiiiii!

Caro : Si tu n'as pas compris, tu le dis n'est-ce pas? Parce qu'il n'y a pas de questions....

Tout le monde : Stupiiiiiiiiides!

____________________________________________

( Extrait de La valse de l'épouvantail. )

 Les métaphores. Certains en vantent les mérites, histoire de mobiliser l'élan empathique chez le tout petit.

 Vous comprendrez que j'ai plutôt tendance à abonder dans ce sens. Dans mes temps libres, je m'adonne à la lecture de tout ce qui se rapporte aux neurosciences. Les recherches les plus probantes en la matière, sembleraient pointer vers le fait que les métaphores consolident l'acquisition du langage et la capacité de se représenter l'expérience de l'autre. Tout à fait logique non? Moyennant la capacité à se représenter l'expérience de l'Autre, l'on sera d'avantage porté à freiner certains comportements. L'on aura d'avantage tendance à être respectueux, à être un individu qui considère et apprécie le point de vue des Autres. Cette fonction du cerveau, qu'on appelle la fonction éxécutive, mettra un certain temps avant d'être pleinement intégrée. En effet, cette région qu'on appelle le cortex frontal, est la toute dernière partie de notre remarquable cerveau humain à être pleinement fonctionnelle. Le cerveau du tout-petit ne possède pas beaucoup de ''fonction éxécutive''. Celui de l'adolescent non plus. On estime que dans le meilleur des scénarios, cette fonction ne s'intègrera pleinement, que vers l'âge de 30 ans. Vous m'avez bien lue.

 Il faut quand même l'aider un peu ce chou-fleur de cerveau de petite souris de bibliothèque. (Celui de notre Ado aussi. Surtout celui de notre Ado, compte tenu du tourbillon hormonal sévissant dans l'organisme) Il faut l'entraîner, pour qu'il puisse enfin s'affranchir du nombrilisme que lui confère son immaturité. Un peu comme un entraîneur guidera un athlète vers la médaille d'or ou vers la victoire.

C'est un peu ce que je me donne comme objectif à chaque Mardi de L'Heure du Conte : créer l'espace-temps nécessaire pour apprendre aux touts-petits à vivre et à interagir auprès des Autres.

Voilà pourquoi je m'efforce toujours à encourager la petite souris à se présenter aux nouvelles personnes qui intègrent le groupe. À lui enseigner l'importance de signifier ses besoins clairement, en regardant l'Autre dans les yeux. À attendre son tour avant de prendre la parole et dire à Tout le monde, vite, vite, vite, ce à quoi elle pense. Oh, je sais bien qu'elle mettra un certain temps avant de comprendre tout ça. L'empathie c'est comme un muscle, ça se développe. Alors il faut répéter, souvent.

On gagne beaucoup à voir l'Autre réagir, car le langage non-verbal est riche de leçons précieuses. En observant l'Autre, on apprend à se mettre à sa place, à se déposer. On apprend qu'on est différent tout en étant très semblable.

Voilà pourquoi j'accorde une très grande importance aux livres.

Les livres et les métaphores qu'ils recèlent, me permettent de dire sans trop parler. J'ai souvent trop parlé du temps ou j'étais éducatrice à la petite enfance, je l'admets. J'étais beaucoup plus jeune. Je faisais moins confiance au Temps. J'ai désormais tendance à laisser les livres parler.

Piaget disait que chez l'enfant, l'intégration du langage métaphorique et par le fait même, une certaine capacité à s'imaginer l'expérience de l'Autre, s'intègrera entre 7 et 11 ans.

Si la tendance se maintient, au mois de Juin prochain, la plupart de mes petites souris seront devenues de véritables championnes de la Métaphore. Elles sauront les reconnaître à un mille à la ronde. Pas mal pour des petits de 4-5 ans.
_________________________________________

Caro : '' Quenotte a la tête qui tourne encore quand un premier rayon de soleil perce à l'horizon.'' Une tête qui tourne, un rayon de soleil qui perce l'horizon. Ça se peut ça?

Tout le monde : Nooooooon!

Caro : Et pourtant, vous avez compris ce que cela veut dire?

Tout le monde: Ouuuuiiiii!

Caro : Comment on appelle ça, ces jeux de mots là?

Tout le monde: Mé! Ta! Phores!


Portez-vous bien,

Caro.











    

mardi 1 janvier 2013

Piano, piano!

À ce stade-ci, l'expérience de l'Heure du Conte est assez bien intégrée au schéma corporel de la plupart de mes petites souris de bibliothèque.

Elles sont capables de prédire ce qui va se passer, en sont fort sécurisées et maîtrisent vraiment bien les consignes. Il est certain que par moments, la Folie, celle que nous tentons toujours de chasser par le biais de la Formule Magique, vient parfois pointer son nez espiègle. Et c'est très bien comme ça.

Quand celle-ci se montre un peu trop espiègle à mon goût, je la chasse, en disant à mes petites souris-toupies :

'' Piano-Piano mes amis, Piano.''

Et je ponctue la phrase en faisant le geste dans les airs, un peu comme ceci. Ils adorent ça.

Avant Noël, les petites souris semblaient avoir beaucoup, beaucoup besoin de bouger. Il y a des semaines comme ça; ces semaines où mes histoires semblent les intéresser à peu près autant que le mode d'emploi inscrit à l'endos d'une bouteille de shampooing. Et c'est très bien comme ça. Je dois travailler plus fort, les écouter d'avantage. Écouter ce que toute cette bougeotte est en train de me dire...

J'en suis venue à comprendre, à force d'observer les enfants depuis plus de 20 ans, qu'auprès de ma maman, dans ma maison de banlieue des années 70, au décor brun et beige; cette propension qu'avait ma propre petite personne à constamment vouloir bouger, était beaucoup facile à moduler. Quand mes petites jambes à moi, se mettaient à fourmiller comme c'est pas permis, je sortais prendre l'air dans ma cour et me balançait pendant des heures en chantant le fameux ''Yellow Submarine'' des Beatles.

En boucle.

La voisine devait adorer.

Et quand arrivaient les neiges? Même scénario. Maman me saucissonnait dans ''ma suit de ski'' et m'expédiait dehors, presque sans surveillance. Qu'est-ce qui aurait bien pu m'arriver? Je passais des heures à pelleter des trous dans l'énorme banc de neige qui trônait devant notre maison. Après dîner, maman et moi faisions la sieste sur le canapé, la rumeur de Ciné-Quiz, berçant notre sommeil...

Le temps a passé. Les temps ont changé.

On a changé l'eau du bain. Et le bébé aussi.


_____________________________________

Essayez, juste comme ça, d'imaginer le quotidien d'un enfant moyen se développant en 2013.

Réveil aux aurores. Petit déjeuner avalé en vitesse. Siège d'auto. Maman et Papa pressés, pressés, avec leurs visages pressés. Leurs visages sérieux. La météo et les infos claironnant à la radio. Vite. Vite à la garderie, déshabille-toi. ''À ce soir mon trésor. Meuh non, mon chou, ne pleure pas. Allez, va voir les amis..."

Beaucoup de stimuli. Et la journée ne fait que commencer.

Pour la plupart des enfants nords-américains, la vie est un tsunami quotidien de stimuli, lequel n'est pas toujours facile à naviguer compte tenu du fait que leur système nerveux soit en pleine croissance.


_____________________________________



Plus un enfant est stimulé par le bruit, par la couleur, par les lumières, par le mouvement des autres, par la folie furieuse du temps des fêtes, plus son système nerveux est mis à contribution. Advenant qu'il soit trop sollicité, celui-ci saura s'adapter. Mais pas à n'importe quel prix.


Dans le cas de notre petite souris-toupie bombardée de toutes parts, cette adaptation la fera peut-être taper continuellement du pied. Ou se tortiller. Ou bavarder sans cesse. Ou devenir colérique. La réponse motrice du système provoquera, finalement, un comportement que nous nous empressons souvent à corriger, parce qu'il est dérangeant. Dé-rangeant.

Mais essayons un peu de voir les choses autrement.

Et si cette souris-toupie tentait simplement de nous signifier très clairement, son besoin d'être en mouvement? Histoire de faire circuler le sang et donc l'oxygène, vers les 72 km de tissu nerveux qui sillonnent son petit corps et vers le chef d'orchestre par excellence : j'ai nommé le cerveau. Et si cette façon de voir la bougeotte chronique de nos touts-petits, nous faisait un peu réfléchir sur cette tendance que nous avons tous, en ces temps modernes, à trop vouloir en faire. Tout le temps.


Elle est formidable notre époque. Mais elle est aussi très, très énergivore. Voilà pourquoi Il faut beaucoup jouer dehors. Savoir s'arrêter aussi. Le plus souvent possible. Tamiser les lumières. Éteindre la radio. Ne rien faire du tout. Mettre le Calme dans notre corps.

Pianissimo sourissimo.


______________________________________

Lorsque mes petites souris ne semblent plus du tout disposées à écouter la belle histoire que je leur avais préparée, ou à vouloir suivre le beau programme que je leur avais concocté, je mets mes talents de chanteuse de Jazz à profit. J'improvise.



Parce que pour jouer du Jazz, du bon Jazz, il faut savoir écouter le Temps qui passe.

Puisse 2013 vous combler de Santé et de Temps. Avec ça, on fait le reste.

De retour à l'île des Moulins, le 8 janvier.

Caro.